"History of Feminism", "Women Social movements in modern empires" : place aux femmes !

History of Feminism et Women Social movements in Modern Empires since 1820 sont deux bases de données regroupant des sources relatives à l’histoire des femmes et des mouvements féministes durant la période contemporaine.

  • History of Feminism

Il s’agit d’une base de données pluridisciplinaire créée par l’éditeur britannique Routledge. Elle est constituée de sources primaires et secondaires relatives au féminisme, pour une période s’étendant de 1776 à 1928 (et jusqu’à 2015 pour les sources primaires).

De nature variée (articles de journaux, ouvrages scientifiques, images… ), les documents sont regroupés sous 8 thématiques : éducation, littérature et écrits, politique et droit…

Le contenu, pour partie inédit, est constitué sous la direction d’Ann Heilmann, professeur de littérature anglaise à l’Université de Cardiff. Elle vous présente la base dans cette vidéo.

Le plus : History of Feminism est une base ergonomique et visuellement attractive, qui permet de faire des recherches de façon intuitive et aisée. Les documents sont accompagnés de données bibliographiques complètes, et les textes peuvent être téléchargés en PDF.

  • Women and Social Movements in Modern Empires since 1820

Cette base de données, proposée par l’éditeur Alexander Street, relève du champ disciplinaire historique, et regroupe des documents relatifs aux empires modernes sous l’angle des expériences féminines, autochtones et coloniales.

Etablie sous la direction scientifique de Kathryn Kish Sklar et Thomas Dublin, de l’Université Bighampton de New York, les documents sont réunis selon 9 thématiques : Asian Empires (1842 – 2001), European Empires (1820 – 2005), Ottoman and post-ottoman Empires in the Eastern Mediterranean (1860 – 2013), Ottoman and post-ottoman Empires in the Balkans (1820 – 1990), Native Women in North America (1915 – 2010), Settler Society in North America (1805– 1940), South Africa (1899 – 1987), US Empire (1820 – 2004), Women’s Global Networks in Colonial and post-colonial Worlds (1883 – 2007).

Le plus : cette base très riche (+ de 75 000 pages) comporte aussi des sources audio et vidéo, et présente, elle aussi, une grande facilité d’utilisation, tout autant qu’un contenu indispensable.

Découvrez-là ici.